RADIOALUMNI.CA

CANADIAN EPICS IN RADIOCOMMUNICATION

ALUMNI WHO LIVED THE ADVENTURE OF RADIO

WIRELESS TELEGRAPHISTS  -  SPARKS  -  RADIO PIONEERS

RADIO OPERATORS  -  RADIO TECHNICIANS

RADIO TECHNOLOGISTS  -  RADIO ENGINEERS

RADIO INSPECTORS  -  SPECTRUM MANAGERS

ÉPOPÉES CANADIENNES EN RADIOCOMMUNICATION

LES ANCIENS QUI ONT VÉCU L'AVENTURE DE LA RADIO

TÉLÉGRAPHISTES SANS FIL  -  PIONNIERS DE LA RADIO

OPÉRATEURS RADIO  -  TECHNICIENS RADIO

TECHNOLOGUES RADIO  -  INGÉNIEURS RADIO

INSPECTEURS RADIO  -  GESTIONNAIRES DU SPECTRE

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre

 

 

Senneterre Monitoring Station

(Extract from Laval Desbien's Documents)

Centre de contrôle de Senneterre

(Extraits des documents de Laval Desbien)

 

In 1963, HQ conducted a study of the radio coverage of monitoring stations. The main outcome was the decision to establish some northern stations to provide better HF coverage. Gilles Migneault and Jean Charles Mondou found an appropriate site and Laval Desbiens set up a monitoring station at Senneterre in Abitibi in 1969. Jacques Pageau came up as OIC.

 

Laval Desbiens

 

 

En 1963, le QG effectua une étude de la couverture radio des centres de contrôle. Il en résulta la décision d'établir des centres dans le nord afin d'améliorer la couverture HF. Gilles Migneault et Jean Charles Mondou trouvèrent un site approprié et Laval Desbiens installa un centre de contrôle à Senneterre en Abitibi en 1969. Jacques Pageau fut le premier officier en charge.

 

Laval Desbiens

 

A Short Stay in Senneterre

by Donald Courcy

 

I have good memories of the short time I worked as Inspector-in-charge at the Senneterre Monitoring Station in 1975/1976.

 

Un court séjour à Senneterre

par Donald Courcy

 

J'ai de bons souvenirs de mon séjour à Senneterre lorsque j'ai travaillé comme Inspecteur-en-charge du centre de contrôle de Senneterre en 1975/1976.

 

I was a Radio Inspector at the Sydney District Office on Cape Breton Island in 1974 when I decided to transfer to the Quebec Region. At first, I ended up at the St-Lambert-de-Lévis Monitoring Station near Quebec City. A year later, in the summer of 1975, there was a competition for the position of Inspector-in-Charge of the Senneterre Monitoring Station in the Abitibi region of northern Quebec. So I applied and won.

 

 

J'étais Inspecteur Radio au bureau de district de Sydney sur l'île du Cap Breton en 1974 lorsque j'ai décidé de transférer à la région du Québec. J'ai travaillé en premier au centre de contrôle de St-Lambert de Lévis près de la ville de Québec. Un an plus tard, à l'été de 1975, il y a eut un concours pour le poste d'Inspecteur-en-charge du centre de contrôle de Senneterre dans la région de l'Abitibi au nord du Québec. Je soumis ma candidature et je fus le candidat choisi.

 

I arrived in Senneterre in September 1975. I soon realized that VHF monitoring was almost non-existent due to the location of the monitoring station. The work consisted mostly in HF measurements for the International Frequency Registration Board (IFRB) of the International Telecommunication Union (ITU). In addition to myself, there were four EL-4 Radio Inspectors, one full-time CR-3 administrative clerk and another part-time CR-3. All this manpower to fulfill Canada's international obligations.

 

J'ai débuté à Senneterre en septembre 1975. J'ai vite réalisé qu'il n'y avait presque pas d'écoute sur le VHF à cause de l'emplacement du centre de contrôle. Le travail consistait surtout à faire des mesures sur le HF pour le Comité international d'enregistrement de fréquences (IFRB) pour l'Union internationale des télécommunications (UIT). En plus de moi, le personnel consistait de quatre Inspecteur radio EL-4, un commis administratif CR-3 à plein temps et un autre CR-3 à temps partiel. Toute cette main-d'oeuvre pour remplir les obligations internationales du Canada.

 

 

Much of the work involved shortwave broadcast stations around the world (Regions 1, 2 and 3). Countries were assigned time slots on various HF frequencies and our job was to make sure the countries respected the schedule established by the IFRB. Identifying the stations was quite a challenge. At certain intervals, stations used musical notes to identify themselves instead of call signs. For example, Canada used the first few notes of "O Canada" as identification. It took a while to get used to the various countries. It wouldn't have been easier if they had used call signs because most stations were not using English or French.

 

 

 

Le travail principal était de surveiller les stations de radiodiffusion utilisant les ondes courtes partout dans le monde (régions 1, 2 et 3). Les pays avaient des créneaux horaires à respecter sur les fréquences HF et notre travail consistait à les surveiller pour s'assurer que l'horaire de l'IFRB était respecté. C'était tout un défi pour identifier les stations. A certaines intervalles, les stations utilisaient des notes musicales pour s'identifier au lieu de lettres d'appels. Par exemple, le Canada utilisait les premières notes du "O Canada" comme identification. Ça prenait un certain temps avant d'être familier avec tous les pays. Ça n'aurait pas été plus facile si des lettres d'appel avaient été utilisées vu que la plupart des stations n'utilisaient pas le Français ou l'Anglais.

 

In addition to verifying the IFRB schedule, we also measured the AM modulation and the frequency of the stations. Infringement reports were sent to the offending countries via HQ in Ottawa. I remember South Africa and Cuba getting a large number of infringement reports at the time.

 

En plus de surveiller l'horaire de l'IFRB, nous mesurions aussi la modulation AM et la fréquence des stations. Des rapports d'infraction étaient envoyés aux pays délinquents via le QG à Ottawa. Je me rappelle que l'Afrique du Sud et Cuba recevaient plusieurs rapports d'infraction dans ce temps-là.

 

My time in Senneterre lasted only nine months. My wife did not speak French and she missed the Maritimes. Very few people spoke English around Senneterre and the only English language TV station which could be received was a CBC affiliate from Timmins, Ontario. It was a distant station and the picture was quite snowy even with the use of a large yagi antenna. So one day, my wife gave me the ultimatum. She was moving back to the Maritimes, with or without me. With a two-year old and a baby in the house, what choice did I have ?

 

Mon séjour à Senneterre ne dura que neuf mois. Mon épouse ne parlait pas Français et elle s'ennuyait des Maritimes. Très peu de gens parlaient Anglais aux alentours de Senneterre et la seule station de télévision en anglais que nous pouvions capter était un affilié de CBC de Timmins en Ontario. C'était une station lointaine et l'image était très faible même en utilisant une grosse antenne yagi. Alors un jour, mon épouse me lança un ultimatum. Elle allait retourner dans les Maritimes, avec ou sans moi. Je n'avais pas grand choix, surtout que nous avions un enfant de 2 ans et un bébé dans la maison.

 

A quick phone call to the Moncton Regional Office uncovered the fact that there were quite a few openings in the Atlantic Region. Réal Valiquette gave me a few options but it was an easy decision. I was going back to the Sydney District Office. This situation caused a bit of friction between the regional offices of Moncton and Montreal because, when Moncton confirmed my transfer to Sydney, Montreal was not even aware that I was leaving Senneterre.

 

Il suffit d'un appel téléphonique rapide au bureau régional de Moncton pour découvrir qu'il y avait plusieurs postes vacants dans la région de l'Atlantique. Réal Valiquette me donna quelques choix et ce fut une décision facile. J'allais retourner au bureau de district de Sydney. Cela causa un peu de friction entre les bureaus régionaux de Moncton et de Montréal car Moncton confirma mon transfert à Sydney avant que Montréal soit au courant que je quittais Senneterre.

 

Within days, I said goodbye to Senneterre and headed back to Cape Breton Island. I had purchased a mobile home in Senneterre so I decided to keep it and move it to Nova Scotia, a distance of nearly 2,000 kilometres. The mobile home was installed on a cliff overlooking the ocean and the beach at Dominion, Nova Scotia, only a few kilometres from the historic Marconi Table Head site at Glace Bay. It is still there today. If I go to Google Map and go down into street view, I can still see my mobile home on the cliff with the deck and patio door I installed in 1976.

 

Quelques jours plus tard, je dis adieu à Senneterre pour retourner sur l'île du Cap Breton. J'avais acheté une maison mobile à Senneterre et j'ai décidé de la garder et de la déménager en Nouvelle-Écosse, une distance de près de 2 000 kilomètres. La maison mobile fut installée sur une falaise, face à la mer et à la plage de Dominion, seulement quelques kilomètres du site historique de Marconi à Table Head, Glace Bay. La maison mobile est encore là aujourd'hui. Si je vais sur Google Map et que je descends dans la rue, je peux voir la maison mobile sur la falaise avec le "deck" et la porte patio que j'ai installé en 1976.

 

Although my stay in Senneterre was only nine months, I really enjoyed working there and I have fond memories of the colleagues I worked with. I can still see their faces but the names escape me due to my aging memory.

 

Donald Courcy

3 December 2015

 

 

Malgré que mon séjour à Senneterre n'a duré que neuf mois, j'ai beaucoup aimé y travailler et j'ai de beaux souvenirs des collègues avec qui j'ai travaillé. Je vois encore leurs visages mais les noms m'échappent vu la détérioration de ma mémoire.

 

Donald Courcy

3 December 2015

 

Centre de contrôle de Senneterre

Adapté des notes de Michel Roberge

Laval Desbiens, Mars 2015

Michel Roberge fut un de ceux qui ont débuté au Centre de contrôle de Senneterre. Il y a été de 1971 à l'été 1973. De là, il est passé de 1973 à juin 1974 au bureau de district de Rouyn où Yvon Asselin était directeur et Bernard Schumph inspecteur. Et finalement, de juin 1974 jusqu'à sa retraite en 2005 au bureau de Sherbrooke.

 

Une photo du temps de Senneterre montre , dans l'ordre habituel:

Gilbert Paquin, Michel Roberge, Roger Lachaine

et Jacques Blais (décédé) alors directeur du centre.

 

Et une rareté, une photo de la station de contrôle .

 

Related Links

---