RADIOALUMNI.CA

CANADIAN EPICS IN RADIOCOMMUNICATION

ALUMNI WHO LIVED THE ADVENTURE OF RADIO

WIRELESS TELEGRAPHISTS  -  SPARKS  -  RADIO PIONEERS

RADIO OPERATORS  -  RADIO TECHNICIANS

RADIO TECHNOLOGISTS  -  RADIO ENGINEERS

RADIO INSPECTORS  -  SPECTRUM MANAGERS

ÉPOPÉES CANADIENNES EN RADIOCOMMUNICATION

LES ANCIENS QUI ONT VÉCU L'AVENTURE DE LA RADIO

TÉLÉGRAPHISTES SANS FIL  -  PIONNIERS DE LA RADIO

OPÉRATEURS RADIO  -  TECHNICIENS RADIO

TECHNOLOGUES RADIO  -  INGÉNIEURS RADIO

INSPECTEURS RADIO  -  GESTIONNAIRES DU SPECTRE

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre

 

 

1994

Un poème pour les anciens

 

Avant 1953,  chaque propriétaire d’un récepteur de radiodiffusion devait obligatoirement détenir une licence de récepteur.  La licence de récepteur a été abolie en 1954 et plusieurs radiophiles et inspecteurs ont apprécié.

 

Quand ce règlement a été abrogé,  cela a fait des heureux comme on peut voir dans le poème suivant de G.H. Hierllhy écrit en 1953: (cliquez sur le lien)

 

La licence de réception radio n'est plus requise par G.H. Hierllhy

 

Dans les années 90, au temps de la re-structuration de la réglementation de la radio, il y a eu une suggestion d’abandonner  le terme  <<station radio>> ce qui fut fait.  Alors que, depuis le temps des temps en radio, une ‘station’ était une chose tangible, voilà que ce terme évocateur pour plusieurs n’est plus !

 

La 'station radio' telle que plusieurs anciens l'ont connue a été bannie du Règlement un peu plus tard et quelques anciens n'ont pas apprécié.

 

 

Voici ce qu’un collègue, André Barrière, écrivait alors pour encourager les anciens ...:

 

O MA STATION

Elle rutilait, elle brillait,

On la flattait et on l’aimait.

On pouvait même la brûler,

La déménager, la peinturer,

En être fier et en parler.

O ma station, ma bien-aimée,

Par grand chemin tu es passée

Pour finalement en arriver,

À en mourir comme on le sait.

Progrès d’un instant?

Illusion d’un moment ?

Et voilà les règlements

Promis depuis des ans.

Les hommes de Loi présents,

Sans aucun ménagement,

Avec des verbes, avec du temps,

Y ont bouffé tout le froment,

La substance, tout l’important.

O ma station, que j’ai grand-peine;

Mon âme est triste, j’ai le coeur terne.

Au soir d’une longue carrière,

Les mots tristes, les textes de pierre

Entonnent la mort, résonnent la bière

Mais l’espoir de la lumière

D’un repos non éphémère,

Parmi les miens, parmi mes pairs,

Me donne courage, j’y vois très clair.

O ma station, ma grande amie,

Malgré les affres de la vie,

Tu resteras pendant ma vie,

Dans un p’tit coin, toute bien blottie.

Du couperet, bien à l’abri,

De l’homme de Loi, voyons mais si !

Et si jamais un inspecteur,

Un fonctionnaire bonhomme sept-heures,

Dans ma retraite s’y présentait

Pour accuser ma protégée,

La vilipender, la fermer,

C’est sur la tête qu’il sortirait

Car ficelles, moi je connais...

 

 

André Barrière, Janvier 1994

 

Related Links

---