RADIOALUMNI.CA

CANADIAN EPICS IN RADIOCOMMUNICATION

ALUMNI WHO LIVED THE ADVENTURE OF RADIO

WIRELESS TELEGRAPHISTS  -  SPARKS  -  RADIO PIONEERS

RADIO OPERATORS  -  RADIO TECHNICIANS

RADIO TECHNOLOGISTS  -  RADIO ENGINEERS

RADIO INSPECTORS  -  SPECTRUM MANAGERS

ÉPOPÉES CANADIENNES EN RADIOCOMMUNICATION

LES ANCIENS QUI ONT VÉCU L'AVENTURE DE LA RADIO

TÉLÉGRAPHISTES SANS FIL  -  PIONNIERS DE LA RADIO

OPÉRATEURS RADIO  -  TECHNICIENS RADIO

TECHNOLOGUES RADIO  -  INGÉNIEURS RADIO

INSPECTEURS RADIO  -  GESTIONNAIRES DU SPECTRE

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre

 

 

1994

Artificial Intelligence

To Assist

Radio Interference Inspectors

 

Radio inspectors will soon be using an expert system to diagnose problems quickly and accurately to keep the show on the road. Radio interference problems occur in four areas: FM; AM; TV; and RC (radio communications). The problems range from static on your favourite AM station to unauthorized transmissions interfering with police communications equipment.

 

Not only is radio interference a broad field, it varies with geography and evolves with time. New technology creates new potential sources of interference (the cellular phone is a recent example) and known sources (computerized equipment, etc.) are moving closer to the radio equipment that they could interfere with.

 

Glen Lockwood, Manager of New Technology Assessment in Industry Canada's Engineering Programs Branch, decided that to keep up with the clamour of complaints, radio interference inspectors needed a system that could match current problems with solved cases.

 

Radio interference complaints are stored under SCOMS (Spectrum Control Operations and Management System) in each district office. While this data base contains information about the locally-solved cases, new complaints cannot easily be matched with solved cases, and certainly not with solved cases in other district offices.

 

This is where the Radio Interference Advisor (RIA) comes in. It was created by Acquired Intelligence Inc. to combine an expert system containing the information  from  SCOMS, with  a method of accessing it.

 

Here's how it works:

 

If an inspector is stumped by a certain case he calls up the RIA on his computer. He is presented with a menu of 35 major problems. Examples include "dark wavy horizontal bars" on a client's TV screen or music being transmitted over a communications system.

 

Once the inspector chooses the problem that matches the case he's working on, he has two options - "text" or "tree". If he chooses "text" the Advisor supplies a series of questions relating to the problem. The inspector can browse through the questions, answering the ones he thinks are important. If he chooses "tree" the program will ask an initial question or set of questions and decide from the answer(s) what questions should be answered next. The program also provides the user with a (tree)graph which explains why a question is being asked at that point.

 

Either way, the end result is the same; the CBR (case-based reasoning system) searches for cases in the knowledge base that match the symptoms the user has entered. The inspector can view all the details of the matched cases - a description of the complaint, the methods of the inspector and the final solution - to get ideas of how to approach the case he's working on.

 

The system can be constantly upgraded. Supervisors can review recently solved cases and choose interesting or unusual ones to be added to the knowledge base for use across Canada.

 

A version of the Advisor has been tested in six district offices across Canada: Victoria; Vancouver; Saskatoon; Toronto; Quebec; and Moncton. Feedback from the test sites indicates that the speed and efficiency of the RIA should make it a hit with both radio inspectors and their clients.

 
 

1994

L'intelligence artificielle

à l'aide des inspecteurs

en brouillage radioélectrique

 

Les inspecteurs en brouillage radioélectrique utiliseront  un nouveau système expert en vue de diagnostiquer rapidement et avec exactitude les problèmes et de réduire au minimum les temps d'inactivité.

 

Les problèmes de brouillage radio se répartissent en quatre domaines : FM, AM, télévision et RC (radiocommunications). Les problèmes vont de la statique sur un poste de radio AM aux émissions non autorisées brouillant les communications policières.

 

Les problèmes de brouillage sont non seulement très diversifiés, mais ils varient aussi selon la géographie et dans le temps. Les nouvelles technologies constituent de nouvelles sources de brouillage possible (le téléphone cellulaire en représente un exemple récent) et les sources connues (équipements informatisés, etc.) se rapprochent des équipements radio qu'ils peuvent brouiller.

 

En raison de la vague de plaintes concernant le brouillage, Glen Lockwood, directeur de l'Évaluation des nouvelles tech­nologies de la Direction des programmes techniques d'Industrie Canada a décidé que les inspecteurs en brouillage radio avaient besoin d'un système qui pourrait faire la corrélation entre les problèmes relevés et les cas résolus antérieurement.

 

Les plaintes relatives au brouillage radio sont enregistrées dans le SEGCS (Système d'exploitation et de contrôle du spectre) dans chaque bureau de district.

 

Bien que cette base de données contienne de l'information au sujet des cas résolus localement, les nouvelles plaintes ne peuvent pas être associées facilement aux cas résolus, et surtout pas avec les cas résolus dans d'autres bureaux de district.

 

C'est la raison d'être du Conseiller en brouillage radioélectrique (Radio Interference Advisor ou RIA en anglais). Il a été créé par Acquired Intelligence Inc. qui avait pour mandat de combiner un système expert contenant l'information du SEGCS et une méthode d'accès à ces informations.

 

Comment ce système fonctionne-t-il?

 

Si un inspecteur est embêté par un cas particulier, il appelle le RIA sur son ordinateur. Le système lui présente un menu présentant 35 problèmes majeurs. On y trouve par exemple «barres horizontales ondulées noires affichées à l'écran de télévision d'un client, ou de la musique émise par un système de communications.

 

Lorsque l'inspecteur choisit un problème, il dispose de deux options :(texte) et (arbre). S'il choisit (texte), le Conseiller présente une série de questions relatives ou peut se déplacer parmi les questions, en répondant à celles qu'il croit être importantes. S'il choisit (arbre), le programme pose une question initiale ou un ensemble de questions et il décide à partir des réponses quelles sont les questions qu'il doit ensuite poser. Le programme présente aussi à l'utilisateur un arbre (graphique) du problème. L'inspecteur qui explique la raison pour laquelle une question est posée.

 

D'une manière comme de l'autre, le résultat final est le même : le système de raisonnement à base de cas (ou CBR) recherche dans la base de connaissances les cas qui répondent aux symptômes entrés par l'inspecteur. Ce dernier peut voir tous les détails des cas correspondants : description de la plainte, méthodes de l'inspecteur qui s'en est occupé et solution finale, pour avoir une idée de la manière dont il pourrait traiter le cas dont il s'occupe.

 

Il est toujours possible de mettre à jour le système. Les superviseurs peuvent examiner les cas résolus récemment et choisir ceux qui les intéressent ou qui sont inhabituels pour les ajouter à la base de connaissances utilisée à la grandeur du pays.

 

Une version du Conseiller a été testée dans six bureaux de districts au Canada : à Victoria, Vancouver, Saskatoon, Toronto, Québec et Moncton. Les réactions des sites d'essai indiquent que la vitesse et l'efficacité du RIA devraient en faire un succès auprès des inspecteurs et de leurs clients.

 

Related Links

---

 

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre