RADIOALUMNI.CA

CANADIAN EPICS IN RADIOCOMMUNICATION

ALUMNI WHO LIVED THE ADVENTURE OF RADIO

WIRELESS TELEGRAPHISTS  -  SPARKS  -  RADIO PIONEERS

RADIO OPERATORS  -  RADIO TECHNICIANS

RADIO TECHNOLOGISTS  -  RADIO ENGINEERS

RADIO INSPECTORS  -  SPECTRUM MANAGERS

ÉPOPÉES CANADIENNES EN RADIOCOMMUNICATION

LES ANCIENS QUI ONT VÉCU L'AVENTURE DE LA RADIO

TÉLÉGRAPHISTES SANS FIL  -  PIONNIERS DE LA RADIO

OPÉRATEURS RADIO  -  TECHNICIENS RADIO

TECHNOLOGUES RADIO  -  INGÉNIEURS RADIO

INSPECTEURS RADIO  -  GESTIONNAIRES DU SPECTRE

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre

 

 

1985

Spectrum Management Sector:

problem solver

Spectrum Management's inspectors encounter a wide variety of problems each day and call upon their very diverse skills in solving them, in representing the depart­ment so capably in all parts of Canada.

 

... in Toronto

 

The Metropolitan Toronto Police Department reported severe interference to several of their tactical channels throughout the day: a "buzzing" sound, similar to that produced by a high-speed drill, that drifted through police frequencies and blocked communications for up to 30 minutes at a time.

 

Spectrum analysis revealed a narrow­band emission sweeping through these channels. Bearings taken from high-rise buildings showed the emission originating in the south-west area of the city, but the exact location could not be determined because of reflections from buildings. However, information obtained from use of a local FM station's traffic aircraft, along with bearings by inspectors on the ground, led to a bakery in west-end Toronto. A radio-frequency cookie dehydrator was found to be the culprit; the sixth harmonic of its signal fell into police channels.

 

Because special harmonic filters reduced but did not totally eliminate the radiation, shielding for total suppression is still being researched.

 

... in Kamloops, B.C.

 

The Kamloops Fire Department complained of an intermittent "chirping" interference affecting their communications.

 

Investigations by the DOC District Office showed that the interference occurred only when coal trains were in the city. The DOC inspectors thought that the probable cause was the radio in the train's "robot" unit, the locomotive in the centre of the train controlled by radio from the main head-end locomotive. Because of the logistics of times for a specific train in the city and the distance from the District Office, inspectors arranged for the licensees to co-operate in resolving the problem. Whenever the interference occurred, the Fire Department contacted the railway yardmaster, who could then identify the offending unit.

 

 The unit was then tracked until arrival in Vancouver, where repair or replacement could be carried out. The problem was found to be spurious emissions in older VHF radios, and these are being replaced by newer models.

 

 ... in Niagara Falls

 

A Niagara Falls taxi company complained that they could not communicate in the evening because of an interfering static-like signal.

 

DOC inspectors patrolled the area and discovered a signal resembling the noise emitted by a faulty thermostat. The source could not be localized due to the continuously varying intensity of the signal, and shutting off the power in a number of buildings also failed to isolate it. Attempts to take direction bearings also failed. Finally, use of a directional, ultrasonic receiver to check all externally-mounted devices such as hydro lines, telephone equipment and light standards identified the source as a non-functioning electric sign on a building.

 

The sign was operated by a timer that applied power from 6 p.m. to 6 a.m. The owners of the building decided to discontinue use of the sign rather than repair it.

 

...and in Edmonton

 

Numerous complaints of objectionable interference to AM-broadcast reception were received in Edmonton.

 

DOC investigators found that the late-model trolley buses used by the transit system radiated substantial levels of interference throughout the AM radio band. The buses operate on a floating "ground" so that anyone touching the bus and pavement simultaneously would not receive a shock. After tests to filter the interference were inconclusive, it was necessary to seek assistance from the Swiss manufacturing firm's engineers.

 

Through the co-ordination of DOC personnel, specially-designed filters were developed and installed, successfully eliminating the interference.

 
 

1985

Le Secteur de la gestion du spectre

à la rescousse

 

 

 

... à Toronto

 

Le corps de police de la région métropolitaine de Toronto a fait rapport de beaucoup de brouillage sur plusieurs de ses canaux d'importance stratégique. Du matin au soir, on pouvait entendre un bourdonnement, semblable à celui d'une perceuse, qui troublait les radiofréquences attribuées à la police et empêchait les communications, parfois jusqu'à trente minutes.

 

L'analyse du spectre a révélé qu'une émission à bande étroite traversait tous les canaux. Les relèvements pris à partir de gratte-ciel ont indiqué que l'émission provenait du sud-ouest de la ville, mais l'endroit exact était impossible à déterminer en raison de la réflexion acoustique sur les immeubles. Cependant, les données obtenues à l'aide d'un aéronef de surveillance de la circulation, propriété d'une station MF locale, ainsi que des relèvements des inspecteurs au sol, ont mené à une boulangerie de l'ouest de Toronto. Le coupable : un déshydrateur de biscuits à radiofréquences dont la sixième harmonique du signal interceptait les canaux attribués à la police.

 

Comme des filtres harmoniques spéciaux ont réduit mais non éliminé le rayonnement, on poursuit des recherches afin de supprimer totalement le brouillage.

 

... à Kamloops (C: B.)

 

Le corps de pompiers de Kamloops s'est plaint d'un bruit strident intermittent qui nuisait à ses communications.

 

Les enquêtes faites par le bureau de district du MDC ont montré que le brouillage se produisait seulement quand des trains à vapeur étaient de passage dans la ville. Les inspecteurs du MDC ont émis l'hypothèse que la cause soit le poste radio de la locomotive-robot au centre du train, commandée par radio à partir de la locomotive de tête principale. En raison de l'horaire des trains et de la distance à laquelle est situé le bureau de district, les inspecteurs ont demandé aux titulaires de licence de collaborer à la résolution du problème. Ainsi, quand il y avait du brouillage, le corps de pompiers appelait le chef de triage qui pouvait alors identifier la locomotive en faute.

 

On suivait la locomotive jusqu'à son arrivée à Vancouver, où s'effectuait la réparation ou le remplacement. On a découvert que le brouillage était attribuable aux rayonnements parasites de vieux appareils radio VHF, que l'on remplace maintenant par des nouveaux.

 

... à Niagara Falls

 

Une compagnie de taxi de Niagara Falls s'est plainte que des parasites entravaient les communications le soir.

 

Une enquête menée par des fonctionnaires du bureau de district a permis de détecter un signal dont la tonalité s'apparentait à celle d'un thermostat défectueux. Il était impossible de localiser la source du brouillage parce que l'intensité du signal variait constamment. On a essayé de situer le signal en coupant le courant dans certains immeubles et en faisant des relèvements, mais sans succès. Finalement, on a eu recours à un récepteur ultrasonique directionnel pour vérifier tous les appareils montés au-dessus du sol comme les installations électriques, l'équipement téléphonique et les poteaux d'éclairage. On a constaté qu'une enseigne lumineuse qui fonctionnait mal était la source du brouillage.

 

L'enseigne était commandée par un inter­rupteur horaire qui ne laissait passer le courant qu'entre 18 heures et 6 heures. Les propriétaires de l'immeuble ont décidé de cesser d'utiliser l'enseigne plutôt que de la réparer.

 

 ... et à Edmonton

 

On a reçu beaucoup de plaintes à propos de brouillage préjudiciable causé à la réception des émissions MA à Edmonton.

 

Les enquêteurs du MDC ont constaté que les plus récents modèles de trolleybus utilisés par le système de transport municipal causaient beaucoup de brouillage à l'ensemble de la bande MA. Les autobus sont liés à une prise de terre flottante pour que les personnes qui touchent le véhicule et la chaussée en même temps ne reçoivent pas de choc. Comme les essais visant à filtrer le brouillage n'ont rien donné, il a fallu demander l'aide des ingénieurs chez le fabricant suisse des trolleybus.

 

Avec la collaboration du personnel du MDC, des filtres spéciaux ont été mis au point et installés, ce qui a permis de supprimer complètement le brouillage.

 

Ce ne sont là que quelques exemples des difficultés auxquelles les inspecteurs du Secteur de la gestion du spectre font face tous les jours et des aptitudes dont ils doivent faire preuve. Ils font honneur au Ministère dans toutes les régions du pays.

 

Related Links

---