RADIOALUMNI.CA

CANADIAN EPICS IN RADIOCOMMUNICATION

ALUMNI WHO LIVED THE ADVENTURE OF RADIO

WIRELESS TELEGRAPHISTS  -  SPARKS  -  RADIO PIONEERS

RADIO OPERATORS  -  RADIO TECHNICIANS

RADIO TECHNOLOGISTS  -  RADIO ENGINEERS

RADIO INSPECTORS  -  SPECTRUM MANAGERS

ÉPOPÉES CANADIENNES EN RADIOCOMMUNICATION

LES ANCIENS QUI ONT VÉCU L'AVENTURE DE LA RADIO

TÉLÉGRAPHISTES SANS FIL  -  PIONNIERS DE LA RADIO

OPÉRATEURS RADIO  -  TECHNICIENS RADIO

TECHNOLOGUES RADIO  -  INGÉNIEURS RADIO

INSPECTEURS RADIO  -  GESTIONNAIRES DU SPECTRE

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre

 

(French text follows English text  -  Texte en français suit le texte en anglais)

 

1980

WARC: huge task, successful result

 

Members of Canada's delegation to the 1979 WARC in Geneva, Switzerland

 

Now that the dust has settled on the 1979 World Administrative Radio Conference (WARC), Canadian officials are cautiously calling it a success. For more than 10 weeks last fall, delegates from 142 countries wrestled with - and found some solutions to - the mammoth task of world-wide communications co-ordination.

 

The Canadian delegation to the 1979 WARC, held in Geneva, was led by then Deputy Minister Bernard Ostry and included officials from the Department of Communications and various government departments and agencies, as well as Canadian industry. The conference was the first since 1959 to deal with all spectrum allocations.

 

Gaby Warren, director general of the department's international telecommunications branch, said that "from a Canadian viewpoint, the WARC was successful in that all of our essential objectives were achieved."

 

Among the major decisions taken at the WARC are these:

 

- the AM standard broadcasting band was extended to 1605­1705 kHz;

 

- HF (shortwave) broadcasting was increased by 40 per cent at 9, 11, 15, 17 and 21 MHz; the 12 GHz band was allocated to space services in Region 2 (the Americas). Some plans remain to* be worked out at the 1983 Region 2 WARC. The band will be suitable to accom­modate proposed hybrid satellites for fixed and broadcast services;

 

- television channels 70 to 83 were allocated to land mobile and fixed services in the UHF band, in line with Canadian pre-WARC domestic policy; the radio amateur service retained most existing spectrum and realized new allocations at 10, 18 and 24 MHz;

 

- priority for developing countries in some HF fixed (point-to­point) bands was established which enabled the conference to reallocate some fixed bands to maritime mobile and short­wave broadcasting - a compromise suited to Canadian needs.

 

The conference schedule included nine main committees, 50 sub-committees and numerous working groups. Ed DuCharme, DOC's director of WARC activities, said, "The Canadian delegation was able to cover all important areas of interest and to participate where issues of concern to Canada were being discussed."

 

Mr. DuCharme also said, "The Canadian depth in frequency allocation matters was excellent and we were able to maintain the necessary status quo where needed, as well as to influence changes to spectrum utilization on new requirements."

 

The aeronautical services, for example, retained all existing allocations and added some additional VHF spectrum as well as aeronautical radionavigation at LF and SHF frequencies. The maritime service expansion was difficult to achieve but expansion was realized at 8, 12, 16, 18, 22, 25 and 26 MHz. Also important were VHF and UHF mobile allocations at 800 MHz. The maritime radionavigation bands were added to allow radar use in new areas of the radio spectrum.

 

More than 142 countries attended this conference and submitted some 15,000 documents of which 11,000 were related to frequency allocation matters. The International Telecommunication Union will make the final acts of the WARC available to the public by late 1980. An interim version of the WARC results which is 1,100 pages long is available at DOC regional offices for viewing. There were so many footnotes added to the Table of Frequency Allocation at this conference that DOC's Don Fraser described the conference as "the year of the footnote".

 

The department started the spade work for the 1979 WARC literally years ago. In 1975, a Canadian Interdepartmental Committee was formed with representatives from the DOC, External Affairs, National Research Council, Energy, Mines and Resources, National Defence, Transport Canada, the CRTC, CBC, Teleglobe and Telesat Canada.

 

The committee met about 100 times and made public two extensive documents containing the draft Canadian proposals. Canada was one of the few countries that subscribed to the need for public consultation. There were also numerous meetings with many other nations in an effort to smooth out differences in advance of the WARC.

What does the future hold for spectrum allocations? More WARCs. In 1982, a special WARC is to be held to deal with revisions of the radio regulations for mobile services. A space WARC is also to be held in light of fears expressed by develop­ing countries that satellite frequencies and locations on the geostationary satellite orbit will be exhausted by the time they are ready to use them.

 

A planning conference will be held in 1984 and 1986 to allot frequencies of the shortwave broadcasting bands to countries according to the needs of developing countries.

 

Regional conferences of concern to the Americas are also planned, one of which, scheduled to begin in March 1980, is for planning the AM 525-1605 kHz broadcasting band. Another will be held in 1983 for planning broadcasting satellite service in the 12 GHz band, and yet another conference will be held in five years or so for planning the ex­tended broadcasting band from 1605 to 1705 kHz.

 

 

1980

La CAMR couronnée de succès

 

Membres de la délégation canadien­ne à la CAMR, Genève, Suisse.

 

La Conférence administrative mondiale des radiocommunications(CAMR) s'est terminée en décembre dernier. La délégation canadienne à la CAMR de 1979, tenue à Genève, était dirigée par M. Bernard Ostry, ancien sous-ministre, et comptait des représentants du ministère des Communications, de différents ministères et organismes gouvernementaux ainsi que de l'industrie. La conférence, qui s'est poursuivie pendant plus de dix semaines, a été la première depuis 1959 à examiner toutes les assignations de fréquences du spectre radioélectrique.

 

M. Gaby Warren, directeur général des Télécommunications internationales du Ministère, a précisé que "du point de vue du Canada, la CAMR a été un succès car pratiquement tous nos principaux objectifs ont été atteints".

 

Parmi les décisions importantes qui ont été prises à l'occasion de cette conférence, mentionnons les suivantes:

 

- la bande de radiodiffusion MA ordinaire a été portée de 1605 à 1705 kHz;

 

- les bandes de la radiodiffusion HF (sur ondes courtes) ont été élargies de 40% à 9, 11, 15, 17 et 21 MHz;

 

- la bande des 12 GHz a été attribuée aux services spatiaux de la Région 2 (les Amériques). Certains détails devront être réglés à la CAMR de 1983 pour la Région 2. Cette bande pourra répondre aux besoins des satellites hybrides projetés pour assurer le service fixe et celui de la radiodiffusion;

 

- les canaux de télévision 70 à 83 ont été attribués aux services ter­restres mobiles et fixes, dans la bande des UHF, ceci en conformité avec la politique nationale d'avant la Conférence;

 

- le service de radioamateur a con­servé la plupart de ses fréquences et trois nouvelles bandes lui ont été attribuées (à 10, 18 et 24 MHz);

 

- la priorité a été accordée aux pays en voie de développement pour certaines bandes HF du service fixe (entre points fixes). Cette mesure a permis aux délégués de réattribuer certaines bandes du service fixe au service mobile maritime et à la radiodiffusion sur ondes courtes. Il s'agit d'un compromis réalisé en fonction des besoins du Canada.

Les participants à la CAMR étaient répartis en neuf comités principaux, cinquante sous-comités et de nombreux groupes de travail. M. Ed DuCharme, directeur des ac­tivités relatives au CAM R, au sein du Ministère, a déclaré, "La délégation canadienne a été en mesure d'aborder tous les principaux do­maines d'intérêt et de participer aux délibérations sur les questions touchant de près au Canada".

 

M. DuCharme a ajouté, "Les représentants du Canada ont fait preuve d'une excellente connaissance des questions relatives à l'attribution des fréquences, ce qui leur a permis d'assurer le statu quo lorsque cela s'imposait, et d'amener l'instauration de changements quant à l'utilisation du spectre pour tenir compte des nouveaux besoins"

Les services aéronautiques, par exemple, ont conservé toutes leurs attributions actuelles et il leur a été décerné en outre d'autres fréquences VHF, comme ce fut le cas pour la radionavigation aéronautique pour laquelle des basses fréquences et des hyperfréquences ont été ajoutées à celles qui étaient déjà attribuées. II n'a pas été facile d'en arriver à une entente sur l'expansion des bandes du service maritime, mais de nouvelles bandes à 8, 12, 16, 18, 22, 25 et 26 MHz ont tout de même été ajoutées. Autre réalisation importante à noter, les fréquences attribuées au service mobile dans la bande des V H F et des U H F à 800 MHz. Des bandes réservées à la radionavigation maritime ont été ajoutées pour permettre l'utilisation de radars dans les nouvelles bandes du spectre radioélectrique.

 

Les quelque 142 pays qui ont participé à la conférence ont soumis environ quinze mille documents, dont onze mille portaient sur des questions d'attribution de fréquences. Les actes finals de la CAMR doivent être mis à la disposition du public par l'Union internationale des télécommunications d'ici la fin de 1980. Les résultats de cette conférence sont exposés dans une version intérimaire de 1 100 pages que les intéressés peuvent consulter aux divers bureaux régionaux du ministère des Communications. Les renvois en bas de page ont été ajoutés en si grand nombre au tableau de l'attribution des fréquences que Don Fraser du Ministère a nommé la Conférence "celle des renvois".

 

Le Ministère s'était préparé de longue date à la CAMR de 1979. En 1975, un comité interministériel était mis sur pied avec des représentants de notre Ministère, des Affaires extérieures, du Conseil national de recherches, de l'Énergie, des Mines et Ressources, de la Défense nationale, de Transports Canada, du CRTC, de Radio-Canada, de Téléglobe et de Télésat Canada. Ce comité s'est réuni une centaine de fois et a publié deux documents importants dans lesquels figurait la version provisoire des pro­positions du Canada. Le Canada est l'un des rares pays qui ait jugé nécessaire de consulter la population. Bon nombre de réunions eurent également lieu avec d'autres pays pour tenter de régler certains différends avant la CAMR.

 

Que nous réserve l'avenir sur le plan de l'attribution des fréquences? D'autres conférences. En effet, il est prévu qu'une conférence extraordinaire aura lieu en 1982 pour apporter des modifications aux règlements des radiocommunications touchant les services mobiles. Une conférence administrative mondiale des radiocommunications spatiales doit aussi avoir lieu, pour répondre aux craintes exprimées par les pays en voie de développement, selon lesquelles les fréquences et les emplacements destinés aux satellites qu'ils projettent de lancer sur l'orbite des satellites géostationnaires pourraient être épuisés au moment où ils seront prêts à s'en servir.

 

Une conférence de planification aura lieu en 1984 et en 1986 afin de répartir les fréquences des bandes de la radiodiffusion sur ondes courtes en tenant compte des besoins des pays en voie de développement.

 

Des conférences régionales intéressant les Amériques sont également projetées. L'une d'entre elles devant commencer en mars 1980, a pour objet la planification de la bande des fréquences de radiodiffusion MA comprise entre 525 et 1605 kHz. Une autre conférence en 1983 sera consacrée à la planifica­tion du service de radiodiffusion par satellite dans la bande des 12 GHz, tandis qu'une dernière, pas avant 1985, sera axée sur la plani­fication de la bande de radiodiffusion élargie de 1605 à 1705 kHz!

 

Related Links

---