RADIOALUMNI.CA

CANADIAN EPICS IN RADIOCOMMUNICATION

ALUMNI WHO LIVED THE ADVENTURE OF RADIO

WIRELESS TELEGRAPHISTS  -  SPARKS  -  RADIO PIONEERS

RADIO OPERATORS  -  RADIO TECHNICIANS

RADIO TECHNOLOGISTS  -  RADIO ENGINEERS

RADIO INSPECTORS  -  SPECTRUM MANAGERS

ÉPOPÉES CANADIENNES EN RADIOCOMMUNICATION

LES ANCIENS QUI ONT VÉCU L'AVENTURE DE LA RADIO

TÉLÉGRAPHISTES SANS FIL  -  PIONNIERS DE LA RADIO

OPÉRATEURS RADIO  -  TECHNICIENS RADIO

TECHNOLOGUES RADIO  -  INGÉNIEURS RADIO

INSPECTEURS RADIO  -  GESTIONNAIRES DU SPECTRE

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre

 

(French text follows English text  -  Texte en français suit le texte en anglais)

 

1980

Closet calling teeth ... closet calling teeth

Want to send a telegram, get a radio licence for a duck, register to vote? What do some people do? Call the Department of Communications (DOC), of course.

 

DOC staff have been asked for all these services and more. Some people are confused about the division of government responsibilities, others just want to blow off steam.

 

Recently, MODULATION asked a number of DOC personnel around the country for examples of unusual requests they've received over the years. Here's a selection:

 

The Department was asked to issue a radio licence for a trout. And did, to help a University of New Brunswick experiment on underwater tagging of the trout.

 

They have also, on various occasions, licensed a dog, radio transmitters for use on ducks, been asked for information on how to get a radio licence for a carrier pigeon, and okayed the idea of  licensing a remote-controlled,   underwater bulldozer for construction work.

 

Inland Waters asked DOC to use  radar to monitor its radio-equipped  buoys.

 

The Department licensed a  radio for use in a rubber boat on the Yukon River.

 

A prisoner asked for and received detailed information on how to become a radio inspector, then caused some embarassment by posing as an inspector in hotels and restaurants, and leaving a trail of unpaid bills behind.

 

People have asked how to set up radio systems for use while travelling in the Far East. One man asked for permission to hoist his radio antenna by balloon in order to get better reception.

 

One man thought the $13.50 he had paid (for a General Radio Service licence) was a bribe, entitling him to a job.

 

DOC district and regional offices often receive complaints about radio or TV interference or unusual electronics problems.

 

Sometimes even though a complaint sounds unlikely, the radio inspector finds it has a basis in fact. For example, a woman complained of hearing voices in her closet every evening. The inspector found that there really were voices; metal underneath the plaster was picking up a local radio station.

 

In another case, a man who heard voices in his head was quite right. His bridgework was picking up a radio station.

 

Another woman complained of hearing voices. As a radio inspector soon discovered, her hearing aid was picking up transmissions from a General Radio Services operator next door.

 

Other interference problems are often caused by small electrical appliances whose switches have become defective with use, such as doorbells or Christmas lights, or heating pads. In some cases, the person may have even forgotten there's one in the house. But the inspector traces the problem to a heating pad that has become well-worn comforting new-born puppies, keeping a pet monkey warm, or simply fermenting wine at just the right temperature.

 

The list goes on and on. Now, let's see... who should I call about...?

 

 

1980

Des histoires d'inspecteurs radio

S'agit-il d'envoyer un télégramme, d'obtenir une licence radio pour un canard ou de se faire inscrire sur la liste électorale, pour certaines gens, le premier réflexe est de téléphoner au ministère des Communications.

 

En maintes occasions, les employés du Ministère ont dû répondre à des demandes de services de ce genre et à bien d'autres encore. Dans de nombreux cas, les gens n'étaient pas suffisamment renseignés quant à la répartition des responsabilités du gouvernement, tandis que pour d'autres, c'était simplement une occasion de se défouler.

 

Dernièrement, MODULATION a demandé à un certain nombre d'employés du Ministère à travers le pays de lui fournir des exemples de demandes un peu étranges qu'ils ont reçues au fil des ans. En voici quelques-uns:

 

"Une licence radio pour vous aider à détruire les rongeurs? - Eh bien! Je pense qu'on peut vous l obtenir."

 

Le Ministère a reçu une demande de licence radio pour une truite et effectivement, a délivré la licence demandée pour permettre la réalisation d'une expérience menée par l'Université du Nouveau­Brunswick sur le baguage sous l'eau des truites.

 

De plus, il a déjà délivré une licence radio pour un chien et des licences d'émetteur radio pour des canards; il a fourni des renseignements sur l'obtention d'une licence radio pour un pigeon voyageur et il a approuvé le projet de délivrer une licence à un bulldozer sous­marin télécommandé, utilisé dans le cadre de travaux de construction.

 

La Direction des eaux intérieures a demandé au Ministère l'autorisation d'utiliser un radar afin de surveiller ses bouées munies d'appareils radio.

 

Le Ministère a délivré une licence concernant une station radio installée à bord d'un canot de caoutchouc voyageant le long du fleuve Yukon.

 

Un détenu a demandé et reçu des renseignements détaillés sur la façon de devenir inspecteur radio, pour ensuite mettre le Ministère dans l'embarras: il est entré dans les hôtels et les restaurants en se faisant passer pour un inspecteur radio et a laissé derrière lui une série de factures impayées.

 

Des gens ont demandé comment monter des systèmes radio qu'ils pourraient utiliser lors d'un voyage en Extrême-Orient. Un particulier a même demandé la permission d'ériger son antenne radio sur un ballon pour obtenir une meilleure réception.

 

Un titulaire de licence était persuadé que les $13.50 qu'il avait versés pour l'obtention d'une licence du service radio général constituaient un pot-de-vin qui lui assurerait un emploi.

 

Les bureaux régionaux et les bureaux de district du Ministère reçoivent souvent des plaintes concernant le brouillage causé à des appareils radio ou de télévision ou encore des problèmes inhabituels d'électronique.

 

Même si ces plaintes parfois semblent farfelues, les inspecteurs radio estiment qu'il n'y a pas de fumée sans feu. Par exemple, une femme se plaignait d'entendre des voix dans sa penderie tous les soirs. Or, l'inspecteur a trouvé que ces voix n'avaient rien d'imaginaire: le treillis métallique installé sous le plâtre captait les signaux d'une station radio locale.

 

Dans un autre cas, un homme qui entendait des voix dans sa tête avait bel et bien raison: sa prothèse dentaire captait les signaux d'une station radio.

 

Dans le cas d'une autre femme qui se plaignait elle aussi d'entendre des voix, l'inspecteur radio a résolu le problème rapidement. La prothèse auditive que cette dame portait captait les émissions d'un titulaire de licence du service radio général qui demeurait dans les environs.

 

D'autres problèmes de brouillage sont souvent causés par de petits appareils électriques dont les commutateurs sont devenus défectueux avec le temps, par exemple les sonneries de porte, les lumières de Noël ou encore les coussins chauffants. Dans certains cas, les gens peuvent même avoir oublié la présence de ces appareils dans la maison, mais les inspecteurs finissent toujours par trouver la source des problèmes: un coussin chauffant qui a atteint son seuil d'usure, et qui est utilisé pour réchauffer les chiots, garder un singe bien au chaud ou même faire fermenter le vin à la température idéale.

 

Et la liste pourrait s'allonger indéfiniment ....

 

Related Links

---