RADIOALUMNI.CA

CANADIAN EPICS IN RADIOCOMMUNICATION

ALUMNI WHO LIVED THE ADVENTURE OF RADIO

WIRELESS TELEGRAPHISTS  -  SPARKS  -  RADIO PIONEERS

RADIO OPERATORS  -  RADIO TECHNICIANS

RADIO TECHNOLOGISTS  -  RADIO ENGINEERS

RADIO INSPECTORS  -  SPECTRUM MANAGERS

ÉPOPÉES CANADIENNES EN RADIOCOMMUNICATION

LES ANCIENS QUI ONT VÉCU L'AVENTURE DE LA RADIO

TÉLÉGRAPHISTES SANS FIL  -  PIONNIERS DE LA RADIO

OPÉRATEURS RADIO  -  TECHNICIENS RADIO

TECHNOLOGUES RADIO  -  INGÉNIEURS RADIO

INSPECTEURS RADIO  -  GESTIONNAIRES DU SPECTRE

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre

 

(French text follows English text  -  Texte en français suit le texte en anglais)

 

1979

Follow the guide for a tour of the international branch

 

 

 

DOC personnel attend dozens of international conferences a year

from Nairobi to Geneva

and receive many international delegations.

One way to get to know DOC's international branch a little better is to take a tour. The place to start is the north side of the 17th floor, Journal Tower North, overlooking the river and the Gatineau hills (if you happen to be in the director general's office). This is the area assigned to Gaby Warren, the director general, his four directors and group of 26, although it is rare that they are all in their offices at the same time.

 

The international branch guides Canada's role in international efforts to co-ordinate world telecommunications policies. Safeguarding Canada's telecommunications interests internationally is no mean task and the Department attends about 10 major conferences and a hundred smaller meetings a year from Nairobi to Geneva.

 

In September 1979, for example, quite a few officials will be attending the general World Administrative Radio Conference (WARC) held by the International Telecommunication Union (ITU) in Geneva. The purpose of this WARC is to revise the International Table of Frequency Allocations to accommodate world telecommunication requirements for the rest of the century.

 

The director of WARC activities is constantly involved (mainly because there is a special-service WARC almost every year) in preparation of Canadian positions for the conferences. His staff of four swells to an empire of 60 as departmental and interdepartmental committees are formed.

 

As one of the few countries which consults the private sector - as well as other levels of government - Canada must begin preparations early. For example, work began in late 1974 for the 1979 WARC.

 

Fortunately for the director of WARC activities, some of the technical expertise he needs can be found in the next office, with the director for ITU international consultative committees (CCI) activities. (The International Consultative Committee on Telephone and Telegraph (CCITT) and the International Consultative Committee on Radio (CCIR) are special organs of the ITU.)

 

The director of CCI activities develops Canadian recommendations for international technical standards formulated by CCITT and CCIR Study Groups. Each international study group has a parallel Canadian group in which experts from government and the private sector formulate Canada's technical positions.

 

In general, preparation for international conferences entails the formation of a working group of representatives from various DOC branches, External Affairs, other departments and possibly the private sector. Position papers prepared on the conference agenda items, once agreed upon by all departments con­cerned, form the official instructions for the Canadian delegation to that meeting.

 

At a conference, the head of the delegation (sometimes a member of international branch) will decide what strategy will best enable the instructions to be followed. Since most international conferences work by consensus or follow the principle of one country, one vote, political maneuvering becomes important.

 

Keeping in mind the national position on various issues, the Canadian delegation may ally itself with different groups of countries on different items.

 

General co-ordination of Canada's involvement in international forums is provided by the director of international arrangements. The principle forum is, of course, the ITU and the staff is already preparing for the crucial 1982 ITU Plenipotentiary Conference in Nairobi.

 

He also takes an overview of the complex Canada-U.S. telecommunications relationship. For example, the Canada/U.S. Frequency Coordination Agreement (1962) for frequencies above 30 MHz may require re­writing after the 1979 WARC. The division is also involved in international development of space and terrestrial telecommunications services.

 

Since the ITU co-ordinates radio frequency spectrum matters on a regional basis, Canada has been paying increasing attention to its relations with the Americas, particularly through Inter-American Telecommunications Conference meetings. To this end, the branch depends on the international development division.

 

This division arranges official visits abroad and to Canada and works with CIDA in ensuring that telecommunications is given high priority in Canada's aid program. Its director has a special gleam in his eye when you mention Lima.

 

Keen sleuthing by the international arrangements division had confirmed the rumor that there would be a May 1978 satellite seminar in Lima, Peru. It was obvious that seminar participation could provide the basis for sales and export of technology to South American countries and others.

 

The major European space industries as well as American and Japanese interests would be represented; however, Canada had not received an invitation. This oversight was remedied only six weeks before the seminar. An industry/government team, led by the director of interna­tional development, packed up their small antennas and headed for Lima.

 

Canada was the darling of the seminar. Hermes was called upon to perform and perform it did! Besides beaming a message to the seminar from Minister of Communications Jeanne Sauvé and an interview between Gaby Warren and the Peruvian Ambassador in Ottawa, highlights of a Stanley Cup playoff game (which the Montreal Canadiens won with an appropriate sense of good timing) showed the South Americans just what Canadian technology could do.

 

Since the seminar, Peru has indicated its interest in scientific and technological exchanges and in Canadian training for its people. Other queries have been received from such areas as Kuwait and Norway.

 

From Lima back to the view of the Gatineau hills. The tour has come full circle, back to Gaby's office. The director general, an international lawyer with long experience in UN and international negotiations, lends his expertise to all divisions.

 

A knowledge of the international context of WARC activities is integral to preparation of a Canadian position for the 1979 WARC and to the political maneuvering which will take place in Geneva. For example, the Canadian delegation must consider developments affecting direct broadcast satellites in the UN Outer Space Committee's Legal Sub­Committee, the claims by some equatorial countries to sovereignty over the geostationary orbit and UNESCO discussions on a "new world information and communica­tions order."

 

Having left the director general to the end of the article, it seemed only proper to ask for his comments: "Contrary to popular belief, the branch is not an island unto itself. We rely on the expertise of all parts of the department, other government departments and agencies, and the private sector."

 

The tour is over. Souvenir maps of Geneva, restaurant guides to Washington, may be picked up on your way out.

 

M.L. Cioni, international branch

 

DOC personnel attend dozens of international conferences a year from Nairobi to Geneva and receive many international delegations.

 

 

1979

Direction internationale? Suivez le guide et partez à la découverte

 

 

 

Les employés du MDC participent annuellement à des douzaines de conférences internationales,

de Nairobi à Genève,

et reçoivent plusieurs délégations internationales

Rien de mieux qu'une visite guidée pour connaître le secteur international du ministère des Communications à Ottawa. Une fois au 17e étage de la tour Nord, édifice du Journal, vous vous trouvez à la Direction des télécommunications internationales, qui offre une vue superbe de la rivière des Outaouais et des collines de la Gatineau, à partir du bureau du grand patron. L'aire est réservée au directeur général, Gaby Warren, à ses quatre directeurs, à son groupe de 26, réunis tous ensemble que par exception.

 

La Direction guide le rôle du Canada dans les efforts internationaux visant la coordination des politiques des télécommunications mondiales. Ce n'est pas une mince tâche que de sauvegarder les intérêts du Canada dans ce domaine; c'est pourquoi le personnel du Ministère assiste chaque année à une dizaine de rencontres décisives et à une centaine de réunions de moindre envergure, tenues de Nairobi à Genève.

 

En septembre 1979, par exemple, plusieurs membres de la Direction assisteront à la Conférence administrative mondiale des radiocommunications (CAMR) qui se tiendra à Genève sous les auspices de l'Union internationale des télécommunications (UIT). Cette conférence a pour but de réviser le tableau international des attributions des bandes de fréquences et de répondre aux besoins mondiaux en télécommunication pour le reste du siècle.

 

Le directeur des activités de la CAMR est constamment occupé (surtout en raison de la tenue quasi annuelle d'une réunion de service spécial) à la préparation des positions que le Canada entend adopter lors des délibérations. Son personnel de quatre augmente au point de constituer un empire de 60, à mesure que se forment des comités ministériels et interministériels.

 

Le Canada étant l'un des quelques pays à favoriser les consultations avec le secteur privé et d'autres paliers de gouvernement, les préparatifs doivent commencer tôt. Ainsi, le travail relatif à la Conférence mon­diale de 1979 a débuté en 1974.

 

Le directeur des activités de la CAMR peut se féliciter de pouvoir recevoir, dans le bureau voisin, des avis techniques dont il a besoin du directeur des activités des comités consultatifs internationaux (CCI) de l'UIT. Ces deux comités, le Comité consultatif international télégraphique et téléphonique (CCITT) et le Comité consultatif international des radiocommunications (CCIR), sont des organes spéciaux de l'UIT.

 

Le directeur des activités des CCI élabore les recommandations canadiennes touchant les normes techniques internationales formulées par les commissions d'études du CCITT et du CCIR. Chaque commission internationale d'études compte une commission canadienne parallèle, au sein de laquelle des experts du gouvernement et du secteur privé formulent les positions techniques du Canada.

 

Règle générale, les préparatifs d'une conférence internationale entraînent la formation d'une commission d'études comprenant des représentants de différentes direc­tions de notre Ministère, des Affaires extérieures, d'autres ministères et, à l'occasion, du secteur privé. Les documents de prise de position por­tant sur les articles de l'ordre du jour de la conférence constituent, une fois approuvés par tous les minis­tères en cause, les instructions officielles de la délégation canadienne compétente.

 

À la conférence, le chef de la délégation (parfois un membre de la Direction des télécommunications internationales) décide de la stratégie qui permettra de mieux suivre les ins­tructions. Comme la plupart des conférences internationales travaillent par voie de consensus ou selon le principe d'un vote par pays, la stra­tégie revêt une grande importance.

 

Tenant compte de la position nationale prise sur diverses questions, la délégation canadienne peut s'allier, selon le dossier débattu, avec tel ou tel groupe de pays.

 

Chaque année, le personnel du Ministère assiste à des dizaines de rencontres internationales tenues de Nairobi à Genève et reçoivent des déléga­tions de nombreux pays.

 

La coordination générale de la participation canadienne aux rencontres internationales relève du directeur des arrangements internationaux. L'UIT est le forum jouissant de la plus haute importance et il ne faut pas se surprendre que le directeur aidé de son personnel prépare déjà la Conférence des plénipotentiaires de l'UIT qui se déroulera à Nairobi en 1982. En outre, il doit s'occuper des relations complexes Canada-Etats­Unis dans le domaine des télécommunications. Par exemple, un remaniement de l'Accord sur la coordination des fréquences Canada­États-Unis (1962) relatif au fréquences supérieures à 30 MHz s'imposera peut-être à la suite de la CAMR de 1979. Cette division s'intéresse également au développement international des services de télécommunications spatiales et terrestres.

 

Etant donné que l'UIT coordonne à l'échelle régionale les questions relatives au spectre des fréquences radioélectriques, le Canada apporte de plus en plus d'attention à ses relations avec les Amériques, surtout à l'occasion de la tenue de conférences inter-américaines des télécommunications. À cette fin, la Direction des télécommunications internationales s'en remet à la Division du développement international.

 

Cette Division organise des visites officielles tant au Canada qu'à l'étranger et travaille de concert avec l'ACDI pour s'assurer que les programmes canadiens d'aide à l'étranger accordent une grande priorité aux télécommunications. À ce propos, le regard du directeur s'illumine à la seule mention du mot "Lima".

 

Il se souvient comment une enquête menée en sous-main par la Division des arrangements internationaux avait confirmé la rumeur de la tenue d'un colloque sur les satellites à Lima au Pérou, en mai 1978. Les principales industries aérospatiales européennes ainsi que les intérêts américains et japonais devaient y être représentés ... et le Canada n'avait pas été invité. Il était certain que la présence canadienne ouvrirait la voie à des ventes de matériel spatial et à des transferts de technologie dans toute l'Amérique du Sud et ailleurs. Cet oubli ne fut finalement réparé que six semaines avant l'ouverture du colloque. Coordonnée par le directeur du développement international, une équipe de représentants de l'industrie et du gouvernement emballèrent à la hâte leurs petites antennes et prirent la route vers Lima.

 

Le Canada fut l'enfant chéri de la rencontre. Hermès, appelé à s'exécuter, donna une performance remarquable. En plus de transmettre aux participants du colloque un message de madame Jeanne Sauvé, ministre des Communications, et une entrevue entre Gaby Warren et l'ambassadeur du Pérou à Ottawa, les faits saillants d'un match des éliminatoires de la coupe Stanley (match que les Canadiens de Montréal gagnèrent fort heureusement à un moment des plus propices) permirent aux Sud­Américains d'apprécier quelques réalisations de la technologie canadienne.

 

Depuis la tenue du colloque, le Pérou s'est dit intéressé à des échanges dans le domaine scientifique et technologique et a invité le Canada à participer à la formation technique des Péruviens. D'autres demandes de renseignements nous sont parvenues de pays aussi différents que le Kuwait et la Norvège.

 

De Lima, revenons au panorama des collines de la Gatineau. Oui, le circuit est complet et nous revoilà dans le bureau du directeur général. Spécialiste du droit international, fort d'une longue expérience aux Nations Unies et en négociations internationales, M. Warren met sa compétence à la disposition de toutes les directions.

 

Une connaissance du contexte international qui régit les activités de la CAMR est indispensable à l'établissement de la position que le Canada devra adopter à la Conférence administrative mondiale de 1979 et à la conduite des grandes manoeuvres politiques qui se dérouleront à Genève. Les travaux qui, dans le domaine des satellites de radiociffusion directe, prennent naissance au Sous-comité juridique du Comité de l'espace, extra-atmosphérique des Nations Unies, la souveraineté de l'orbite géostationnaire revendiquée par certains pays équatoriaux et les discussions de l'UNESCO sur un "nouvel ordre d'informations et de communications mondiales" sont autant de sujets dont la délégation canadienne se doit de tenir compte.

 

Ayant attendu jusqu'à la fin pour parler du directeur général, il convenait de chercher à obtenir ses commentaires. "Vous devriez, nous dit-il, signaler que, contrairement à la croyance populaire, la Direction n'est pas une insulaire. Elle compte sur les compétences de tous les secteurs du Ministère, d'autres ministères et organismes de l'État et de celles du secteur privé."

 

La visite est terminée. On peut se procurer en sortant des cartes ­souvenirs de Genève et peut-être des guides de restaurants de Washington.

 

M. L. Cioni, Direction des telecommunications internationales

 

Related Links

---

 

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre