RADIOALUMNI.CA

CANADIAN EPICS IN RADIOCOMMUNICATION

ALUMNI WHO LIVED THE ADVENTURE OF RADIO

WIRELESS TELEGRAPHISTS  -  SPARKS  -  RADIO PIONEERS

RADIO OPERATORS  -  RADIO TECHNICIANS

RADIO TECHNOLOGISTS  -  RADIO ENGINEERS

RADIO INSPECTORS  -  SPECTRUM MANAGERS

ÉPOPÉES CANADIENNES EN RADIOCOMMUNICATION

LES ANCIENS QUI ONT VÉCU L'AVENTURE DE LA RADIO

TÉLÉGRAPHISTES SANS FIL  -  PIONNIERS DE LA RADIO

OPÉRATEURS RADIO  -  TECHNICIENS RADIO

TECHNOLOGUES RADIO  -  INGÉNIEURS RADIO

INSPECTEURS RADIO  -  GESTIONNAIRES DU SPECTRE

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre

 

(French text follows English text  -  Texte en français suit le texte en anglais)

 

1979

Digital satellite communications

The fourth international conference on digital satellite communications was held recently in Montreal, giving more Canadians than ever before the chance to participate.

 

The conference, attended by 442 people from six continents (about 160 of them Canadian), was sponsored by Intelsat, Teleglobe Canada, the Canadian Society for Electrical Engineering and the Canadian Region of the Institute of Electrical and Electronics Engineers.

 

Fifty-one technical papers on digital communications and a panel discussion on the future of satellite communications helped bring the par­ticipants up to date on recent research, applications, and new trends in the field.

 

The last conference, held in 1975 in Kyoto, Japan, had predicted extensive operational use of digital satellite communications by 1978 and a number of this year's articles com­mented on the fact that few digital satellite systems are in operation. Nevertheless, most participants still believe that as more terrestrial communications become digital, satellite communications will follow, said Dr. P.P. Nuspl, a scientist from the Communications Research Centre who helped organize the conference.

 

DOC's major input to the conference was a paper by Dr. Nuspl and Rolf Mamen, also from CRC. It presented the results of a CRC experiment using Hermes to develop a system for synchronizing the sharing of a single satellite channel by many earth stations.

 

Dr. Nuspl said the system, called CENSAR and based on the mathematical concept of Dr. R. DeBuda of Canadian General Electric, has proven to be a highly accurate, economical and cost effective means of accessing a geostationary communications satellite by TDMA.

 

TDMA or time division multiple access is a method by which a number of earth stations share a satellite channel by transmitting only during a time allotted to them on a cyclical basis. If, because of satellite movement, a transmission arrives at the spacecraft at an incorrect time, it may interfere with another transmission. The solution lies in knowing exactly where the spacecraft is, thereby reducing the possibility of interference. The CENSAR system continuously measures the precise position of the satellite.

 

Now that the experiment is complete, Dr. Nuspl believes the experience gained will help in the development of a low-capacity TDMA communications system, called "SLIM" TDMA, being set up for use with Anik B.

 

One of the conference events was the first Canadian demonstration of a facsimile newspaper service by satellite. Teleglobe Canada arranged for a page from the French newspaper, Le Figaro, to be printed in Montreal's La Presse and for a page of Corriere Della Sera, Milan, to appear in Toronto's Globe and Mail on the same day they appeared in Europe.

 

 

Participants at the 4th international digital satellite communications con­ference tour CRC.

 

 

1979

Télécommunications numériques par satellite

Le quatrième colloque international sur les télécommunications numériques par satellite a eu lieu dernièrement à Montréal et le nombre de Canadiens qui ont eu l'occasion d'y participer n'a jamais été aussi élevé.

 

Le colloque, auquel ont assisté 442 personnes provenant de six continents, dont environ 160 Canadiens, a été organisé par Intelsat, Téléglobe Canada, la Société Canadienne de Génie Électrique et la division canadienne de l'Institut des ingénieurs électriciens et électroniciens.

 

Grâce à cinquante-et-un exposés techniques sur les communications numériques et à une discussion en groupe sur l'avenir des communications par satellite, les participants ont pu se mettre au courant des recherches, des utilisations et des possibilités des télécommunications numériques par satellite.

 

Au dernier colloque, qui a eu lieu en 1975 à Kyoto, au Japon, l'usage répandu des télécommunications numériques par satellite avant la fin de 1978 avait été prédit et certains des articles de cette année font remarquer que l'exploitation de systèmes numériques à satellites est très restreinte. Néanmoins, la plupart des participants croient toujours que les télécommunications par satellite emboîteront le pas au fur et à mesure que les télécommunications terrestres deviennent numériques, comme le précise M. P.P. Nuspl, un scientifique du Centre de recherches sur les com­munications qui a travaillé à l'organisation du colloque.

 

La principale contribution du ministère des Communications au colloque a été un exposé présenté par M. Nuspl et M. Rolf Mamen, ce dernier également au CRC. Ce document présentait les résultats d'une expérience du CRC faisant appel au satellite Hermès pour mettre au point un système permettant de synchroniser le partage par plusieurs stations terriennes d'une seule voie de transmission par satellite.

 

M. Nuspl a précisé que le système, appelé CENSAR et fondé sur la formulation mathématique de M. R. DeBuda de la société Canadian General Electric, a démontré qu'il constituait un moyen économique, rentable et d'une très haute précision, d'exploiter un satellite géostationnaire de télécommunication par accès multiple par répartition dans le temps (AM RT). Grâce à la méthode AMRT, plusieurs stations terriennes peuvent partager une voie de transmission par satellite en ne transmettant que pendant la période qui leur est réservée de façon périodique.

 

Si une transmission parvient à un satellite avec un retard ou une avance, à cause de la dérive de l'engin spatial, elle peut brouiller une autre transmission. La solution consiste à connaître l'emplacement exact du satellite, ce qui permet de réduire la possibilité de brouillage. Le système CENSAR mesure la position du satellite avec précision.

 

L'expérience étant maintenant terminée, M. Nuspl croit que les connaissances acquises aideront à mettre au point un système de télécommunication AMRT à faible puissance appelé SLIM AMRT qui servira avec le satellite Anik B.

 

Le colloque présentait quelques nouveautés, notamment la première démonstration canadienne de l'utilisation d'un satellite pour transmettre des facsimilés de pages de journal. En effet, Téléglobe Canada a fait imprimer une page du journal Le Figaro dans le journal La Presse de Montréal et une page de Corriere Della Sera de Milan dans le journal Globe and Mail de Toronto, le jour même de la parution de ces journaux en Europe.

 

 

Des participants au 4e colloque international sur les télécommunications numériques visitent le CRC.

 

Related Links

---

 

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre