RADIOALUMNI.CA

CANADIAN EPICS IN RADIOCOMMUNICATION

ALUMNI WHO LIVED THE ADVENTURE OF RADIO

WIRELESS TELEGRAPHISTS  -  SPARKS  -  RADIO PIONEERS

RADIO OPERATORS  -  RADIO TECHNICIANS

RADIO TECHNOLOGISTS  -  RADIO ENGINEERS

RADIO INSPECTORS  -  SPECTRUM MANAGERS

ÉPOPÉES CANADIENNES EN RADIOCOMMUNICATION

LES ANCIENS QUI ONT VÉCU L'AVENTURE DE LA RADIO

TÉLÉGRAPHISTES SANS FIL  -  PIONNIERS DE LA RADIO

OPÉRATEURS RADIO  -  TECHNICIENS RADIO

TECHNOLOGUES RADIO  -  INGÉNIEURS RADIO

INSPECTEURS RADIO  -  GESTIONNAIRES DU SPECTRE

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre

 

(French text follows English text  -  Texte en français suit le texte en anglais)

 

1975

RF energy affects heart pacer

from Watson Reed,

Radio Inspector, London district

 

The London district office recently received a phone call from a blind, 59­year-old amateur radio operator. He had a bad heart and a heart pacer had been implanted in his body to regulate his heart beat. The man requested information on shielding his heart pacer.

 

He explained that when his wife spoke on his ham set, he experienced dizziness while standing near the equipment. When he operated his set he would suffer occasionally from dizzy spells. The amateur operator realized there was sufficient radio frequency radiation to affect operation of his pacer.

 

We did not have information on this particular problem, but assured him inquiries would be made. Information in medical journals pertaining to rf energy effects on pacers proved to be rather vague.

 

This problem was explained to a heart specialist who is also an amateur radio operator. The doctor said he would perform some tests. The tests were conducted to see at what distance a heart pacer ceased to function normally under average conditions while operating near an amateur radio station.

 

Pacers did not appear to be affected when more than three feet from the transceiver. At less than three feet, the frequency of modulation did affect its operation. The average male voice did not appear to have any effect but whistling into the microphone did affect the pulses. A high-pitched woman's voice could affect the pacer's transmission of electrical impulses to the heart as was the case when the amateur's wife spoke into the microphone.

 

Normal voice single sideband operation on frequencies between 3.5-4.0 MHz did not give much trouble at three feet when output power of the transceiver was reduced to 60 watts. Using Morse code at that power was a different story. The output power was then reduced to 10 watts and even then the pacers would occasionally skip a "beat".

 

The greatest problem appeared to be when the microphone was clicked on and off rapidly. This resulted in surges of power producing a peak of power in the form of a pulse. Also, problems arose when some excessive peaks of modulation occurred.

 

A transceiver on 144 MHz (2 metres, used by amateurs) with an output power of 1.8 watts affected the pacer at a distance of approximately six inches when the microphone was clicked on and off rapidly in succession. However, when modulated by voice, it did not affect the pacer.

 

Information gathered to date indicates a pacer within a range of three feet or more would probably not be affected by operation of an amateur station. Further, a pacer implanted in a patient could add additional shielding to rf radiation. However, test equipment used during this experiment may not have been sensitive or accurate enough to be conclusive. Results may vary depending on the type of amateur equip­ment used, proper grounding, shielding, standing waves, power, frequency of modulation and possibly other factors.

 

In view of this, these tests were not conclusive. If operating transmitting equipment, persons using heart pacers should consult their doctor, until conclusive facts become available.

 

These preliminary tests will be discussed and presented to engineers who design and construct heart pacers. Then further tests can be conducted simulating conditions under which the pacer operates while implanted in a patient. Once these tests have been conducted and conclusions reached they will be compiled and made public.

 

Watson Reed,

Radio Inspector, London district

 

 

1975

Le coeur a ses raisons !

de Watson Reed

Inspecteur radio du district de London

 

Un aveugle de 59 ans, adepte de la radio amateur, s'est enquis dernièrement auprès du bureau de district de London, des moyens de blinder son stimulateur cardiaque (appareil inséré dans la poitrine qui assure les battements réguliers du coeur en lui transmettant des impulsions électriques).

 

Il devenait étourdi chaque fois que son épouse utilisait la radio. Le phénomène se reproduisait à l'occasion lorsqu'il était lui-même aux commandes. Il croyait que les rayonnements émis par son apparel! radio perturbaient son stimulateur.

 

Notre bureau de London n'avait jamais tranché semblable question. Le client fut assuré toutefois que l'on entreprendrait des recherches, et le bureau s'en remis à un cardiologue, radio amateur à ses heures. Ce dernier effectua divers tests, sous des condi­tions ordinaires, pour déterminer à quelle distance du poste de radio amateur, un stimulateur cardiaque pouvait être affecté.

 

A plus de 0,9 mètre, rien ne semblait se produire. Par contre, en deçà, les effets de la modulation de fréquence étaient manifestes si l'on sifflait dans le microphone et le pouls devenait irrégulier. La voix masculine, au registre grave, n'entravait pas le fonctionnement du stimulateur. La voix féminine cepen­dant, au registre aigu comme celle de son épouse, pouvait interrompre les impulsions du stimulateur.

 

A 0,9 mètre, sur bande latérale unique, dans les fréquences entre 3,5 et 4,0 MHz, la voix normale ne causait pas de perturbations sensibles quand la puissance de sortie du récème était réduite à 60 watts. Il en était autrement pour les signaux Morse. Même en réduisant la puissance à 10 watts, le coeur manquait parfois un battement.

 

L'une des réactions les plus vives survenait lorsque l'on ouvrait et fermait brusquement le microphone, les sur­tensions provoquant, sous forme d'impulsions, une crête de puissance. D'autres problèmes se produisaient également lorsque se manifestaient des crêtes excessives de modulation.

 

Un récème fonctionnant sur 144 MHz (2 mètres, utilisé par les ama­teurs), et d'une puissance de sortie de 1,8 watt, affectait le fonctionnement du stimulateur à une distance d'environ six pouces lors de mouvements successifs rapides d'ouverture et de fermeture du microphone. Par contre, la modulation vocale ne le troublait pas.

 

D'après les données recueillies jus­qu'ici, un stimulateur situé dans un rayon de 0,9 mètre ou plus d'un poste radio amateur ne subirait pas, règle générale, de perturbations. Il semble même que l'implantation d'un stimu­lateur dans la poitrine d'un malade lui serve de blindage supplémentaire contre les rayonnements des radio­fréquences. Ajoutons, cependant, que l'expérience n'est sans doute pas concluante puisque le matériel utilisé n'avait peut-être pas la sensibilité et la précision voulues. En vérité, les résul­tats pourraient varier, entre autres, selon le type d'émetteur-récepteur, le système de mise à terre, la qualité du blindage, les ondes stationnaires, la puissance et la modulation de fréquence.

 

D'ici à ce que des essais plus pous­sés aient lieu, on ne peut que conseiller aux opérateurs d'émetteurs-récepteurs qui portent un stimulateur cardiaque de consulter leur médecin.

 

Les résultats de ces premières recherches seront portées à la connais­sance des ingénieurs chargés de con­cevoir les stimulateurs.

 

Par la suite, il sera possible de procéder à des essais simulant le fonctionnement réel d'un stimulateur implanté dans le corps humain. Les conclusions des experts seront com­muniquées à la population.

 

Watson Reed

Inspecteur radio du district de London

 

Related Links

---