RADIOALUMNI.CA

CANADIAN EPICS IN RADIOCOMMUNICATION

ALUMNI WHO LIVED THE ADVENTURE OF RADIO

WIRELESS TELEGRAPHISTS  -  SPARKS  -  RADIO PIONEERS

RADIO OPERATORS  -  RADIO TECHNICIANS

RADIO TECHNOLOGISTS  -  RADIO ENGINEERS

RADIO INSPECTORS  -  SPECTRUM MANAGERS

ÉPOPÉES CANADIENNES EN RADIOCOMMUNICATION

LES ANCIENS QUI ONT VÉCU L'AVENTURE DE LA RADIO

TÉLÉGRAPHISTES SANS FIL  -  PIONNIERS DE LA RADIO

OPÉRATEURS RADIO  -  TECHNICIENS RADIO

TECHNOLOGUES RADIO  -  INGÉNIEURS RADIO

INSPECTEURS RADIO  -  GESTIONNAIRES DU SPECTRE

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre

 

(French text follows English text  -  Texte en français suit le texte en anglais)

 

1940-1945

NOW IT CAN BE TOLD

BY LLOYD G. COPE

 

CONTRIBUTIONS BY RADIO OPERATORS TO THE BATTLE OF THE ATLANTIC

 

This is a story about a little known activity of the Second World War, important now because so many of the principals are no longer here. Minor references to this story have been made in documentary books and films, but very little detail was provided.     The subject is about one of Canada’s contributions to the Battle of the Atlantic from 1940 to the end of hostilities in 1945, but particularly the part played by 125 Professional Radio Operators who came from locations across the country to play a part.

 

 Lloyd training on D/FAs we know, on September 3, 1939 Great Britain declared war on Germany with Canada closely following suit.  The first year, there was no great activity on the battlefield but the world was soon to see massive changes in the whole structure of World War II. 1940 was the beginning of a long downhill stretch of disappointments for Britain and her Allies, with Europe rapidly coming under the German juggernaut. Canada was building up her Armed Services and making contributions in men and material in what became known as the War Effort.  Early in the war it became very evident that the terrible toll on ships carrying goods and material to Great Britain was reaching disastrous limits and methods would have to be found to save as many vessels as possible from German submarines. This story is a sketch of one of the methods initiated to save materials and lives of the hundreds of Allied Merchant ships as they sailed to and from ports across the Atlantic.

******************************

In the first months of the war, meetings between the Royal Canadian Navy and the Department of Transport, arrangements were made for the latter to undertake a very secret and difficult task. While the individuals who concluded this arrangement are generally known but now, 60 years later, part of history they will not be named.   The agreement reached between the principals was that DOT would provide the necessary manpower and facilities and would in turn carry out the arrangements and report back to the RCN. The assignment was to monitor, record and provide whatever information was possible on intercepts from German submarines in the Atlantic.  Since DOT already was operating Radio Monitoring Stations across Canada, it was now a matter of selecting those stations that could best do the job. While all stations were able to play a part, Ottawa was selected as the primary source for intercepts. In 1940, Ottawa’s monitoring facilities with a meagre staff were housed in the old Booth farmhouse on the Experimental Farm, next to the cow-barn.

The Merivale station This soon changed and a brand new complex was hastily built a half mile due west, still on the Experimental farm, with access from the Merivale Road as well as Fisher Avenue, In addition to the main station a smaller satellite building housing Direction Finding equipment was located 400 yards away. The main building of this complex is still there today, but serving quite a different purpose than in wartime. Here the essential components of this story were formed. While finishing touches were put on the new building, recruiting was underway to hire Professional Radio Operators to carry out the all-important job of monitoring submarine activity, with 3 daily shifts of 25 Operators. Over the period of the war, 125 operators, both male and female were recruited for the job. Several of the newly recruited operators had come in from service in the Merchant Navy, at the invitation of the Department of Transport and  some had fortunately survived torpedoing (even more than once). While many of these men and women have now passed on, a small number still meet for a monthly luncheon.

 

 With the opening of the new station in November of 1941, the newly hired Radio Operators settled in to their new HRO receiver jobs.  Each was assigned a position at a long desk running down the two sides of the large hall-like room. Each operating position was equipped with a National HRO receiver with plug-in coils to cover different frequencies, a typewriter, earphones, and an intercom connection to the Direction Finding station just down the hill. This station was equipped with The D/F station three receivers, and a Belini-Tossi style direction finding equipment. While this seemed like a bare-bones start for their work it was sufficient for the job at hand.  The job was challenging but simply put, the signals from German submarines were to be detected on frequencies unknown, and an immediate tip given to the D/F position for a possible bearing.  Time of day governed to some extent the band of frequencies to be searched because of the vagaries of short-wave transmissions.  Generally the most productive frequencies were in the 5 to 7 megahertz (megacycles)  range.

 

      Germany had three principal Coast stations, RXU, MMA, and KYU broadcasting instructions to the submarines, and probably were the listening sources for messages from the many vessels. To detect any transmission from a submarine, first of all it had to surface at least to conning tower level and then in plain Morse Code, send whatever message the Captain had chosen or been instructed to send.  These messages were so very short, consisting of usually three groups of letters, such as AB CDEF GHIJ.   That was all, and from the A to the J the monitoring operator had first of all to tune in the signal and alert the D/F operator.  He in turn endeavoured to get a bearing on the signal, and classify it as A, B, or C. (Precise, Poor, Doubtful). The bearing if obtained came back to the teletype operator who sent it immediately to the RCN for forwarding to the Royal Navy in London. Time elapsed during these procedures could be just seconds from time of intercept to the teletype keyboard. The bearing was plotted on a map at the Royal Navy establishment, along with others and the end result would be drawn producing a “cocked” hat. On a chart this would be the area inside where bearing lines crossed. This location now served as identification of where the submarine was operating, and was certainly of paramount importance in routing or re-routing Atlantic convoys. When the Allied convoys were having some success in avoiding submarines, a new tactic came into play.  The submarines traveled in what came to be termed “wolf packs” and this practice was a new hazard for ships in convoy or sailing singly.

 

    D/F receiversThe five or so years of monitoring the German submarine fleet saw many changes in the manner of locating transmissions, with each monitoring Operator learning many new wrinkles.  For instance, it became evident very early that German Radio Operators sometimes took preparatory keystrokes before sending a message, thus providing more time for an intercept. The German Operator was also very consistent in shaping the characters of the Morse code, so much that once heard by the monitoring operator, could be identified a second time. This was the characteristic “fist” title.  German equipment for submarine transmitters without exception had very musical-like, or chirpy sounds, again helping to identify the submarine a second or third time. Some signals were very weak and others very strong, and that included one during an evening watch in 1942 from a submarine that had surfaced in the St Lawrence just below Quebec City.

            One of the unpleasant features of carrying out this work was the numerous public complaints that the operators were faced with in their daily off-time activities. Conscription was the law of  Canada, and on a regular basis call-ups were the practice. Deferment was necessary and possible because of the secret work of the individual. It was however an unfortunate part of the job that could not be explained to the many who asked the question, “Why aren’t you in uniform”?

 

One of the monitoring positions was solely responsible for recording announcements from Berlin about Canadian prisoners of war. The recordings on 18-inch aluminium disks were immediately dispatched to the Department of Defence. Similarly after Pearl Harbor, the Tokyo transmitters were monitored for news of Canadians taken prisoner in the Asian theatre.

 

 When the new Monitoring Station began operations in 1941, public transportation facilities were not available, which in most cases resulted in a long walk from the nearest streetcar terminal at Carling and Holland, where the car made a loop at the end of the line. With the coming of the winter months it was sometimes difficult to get to work. This problem was resolved by the Army providing a bus at a central pickup. As time went on a few operators acquired automobiles or bicycles or secured lodgings close by. The Merivale Road in those days was considered a secondary artery, no sidewalks and few private houses along the way.

 

One of the memorable highlights for the Operators who were on duty the night it all happened was when the Allied invasion of Europe began.  Previously a red telephone had been installed at the Supervisor’s desk, with a direct connection to the Prime Minister, Mackenzie King. Instructions were that all channels of the BBC world service would suddenly be shut down and in a period of time would resume with an important message. This was certainly fingernail biting time as the minutes ticked by. When the BBC resumed transmitting, the announcer in some detail said that the Allied Armies were now invading Europe. The Prime Minister was awakened about 2 a.m. and he acknowledged the news with thanks. The date, June 6, 1941 was dubbed D day, and that date in history was the the beginning of the end of war in Europe and the Atlantic.  

 

 Victory finally came, with an almost automatic cessation of searching for German submarines. A skeleton staff was retained to play a part in the war against Japan.  A few of  the Operators were sent to the Point Grey Monitoring Station  at Vancouver and indoctrination into the Japanese Kana code. Others were assigned to Department of Transport facilities on the Northwest staging route, to Radio Range Stations and some to office locations in the department.  In comparison to today’s wages, monthly salary for each operator seemed small, $120. with a special $20. bonus provided by the Navy;

 

 As a last word in this story, it can be said without exaggeration that the Operators were pleased and happy that the part they played in winning the Battle of the Atlantic, while unsung, would remain in their memories forever. Rumour had it that one of the leading principals in the story was awarded an OBE for the implementation and conduct of the enterprise.

 

(rev. L.18 Oct 2005)

 

1940-1945

MAINTENANT ON PEUT le dire !

PAR LLOYD G. COPE

 

La contribution des opÉrateurs de radio durant la bataille de l'atlantique

 

Très peu connu, une activité se passant durant la Seconde Guerre, important de l'écrire  maintenant parce que les principaux impliqués ne sont plus là. Quelques références mineures se rapportant à cette histoire ont été faites dans des documents et des films mais très peu de détails ont été révélés. On y relate la contribution du Canada à la bataille de l'Atlantique de 1940 jusqu'à la fin des hostilités en 1945, plus particulièrement les efforts de 125 opérateurs de radio professionnels venant de partout au pays pour y jouer leur part.


Comme on le sait, le 3 Sept 1939, la Grande-Bretagne déclara la guerre à l'Allemagne et le Canada emboîta rapidement le pas. Pendant la première année, il n'y eut pas beaucoup d'activités sur le champ de bataille mais le monde constata très vite des changements majeurs dans la structure de la Seconde Guerre.

 

Lloyd en formation au gonio de St Hubert1940 fut le commencement d'une longue descente vers le désappointement pour l'Angleterre et ses alliés alors que l'Europe tomba rapidement sous le mastodonte allemand . Le Canada était à rebâtir ses armées et contribuait en hommes et matériel à ce qui s'appelait "l'effort de guerre". Tôt au début, il devint évident que les pertes terribles de navires transportant les biens et le matériel vers la Grande Bretagne atteignaient des limites désastreuses et qu'on devait trouver des méthodes pour empêcher que les navires soient torpillés par les sous-marins allemands. Cette histoire se veut une esquisse d'une des méthodes initiées pour sauver vies et matériaux à bord de centaines de navire marchands alliés naviguant d'un port à l'autre en travers de l'Atlantique.

 

*****************************

Durant les premiers mois de la guerre se tint des rencontres entre la Marine Royale Canadienne et le Ministère des Transports et on pris des arrangements pour que ce dernier entreprenne une tâche très secrète et difficile. Alors que les individus qui ont concluent cet arrangement sont, en général, connus mais, 60 ans plus tard, et parties de l'histoire, ils ne seront pas nommés. L'accord entre les impliqués était que le MDT fournirait la main d'oeuvre et les facilités, ferait le travail pour ensuite faire rapport à la Marine. L'assignation de travail était de faire l'écoute, enregistrer et fournir toute l'information possible concernant l'interception de signaux provenant des sous-marins allemands dans l'Atlantique. Alors que le MDT avait déjà un réseau de centres d'écoute à travers le Canada, il ne fallait que choisir quelle stations pouvait mieux faire le travail. Toutes les stations pouvaient faire le travail, on choisit Ottawa comme devant être la station principale pour les interceptions.


En 1940, les facilités du Centre d'Ottawa étaient plutôt maigres, peu d'opérateurs, installés dans la Maison de ferme Booth sur la Ferme expérimentale, près de la grange des vaches. Cela changea rapidement et un complexe flambant neuf fut rapidement construit avec un accès sur le Chemin Merivale et sur l'Avenue Fisher. En plus de la station principale, on y ajouta une bâtisse satellite quelques 400 verges plus loin pour y installer les appareils de radio goniométrie. La bâtisse principale de ce complexe est toujours là aujourd'hui mais sert à d'autres choses. Et voilà les principales composantes de cette histoire. Alors qu'on y appliquait la touche de finition, le recrutement se poursuivait de façon à engager des opérateurs de radio professionnels pour faire cet important travail de surveillance des communications des sous-marins, trois quarts de travail de 25 opérateurs chacun. Pendant toute la Guerre, 125 opérateurs, hommes et femmes, furent recrutés pour ce travail. Plusieurs des nouveaux recrues vinrent de la Marine marchande, à l'invitation du Ministère des Transports; quelques-uns avaient heureusement survécus au torpillage ( souvent plus d'une fois ). Plusieurs de ces hommes et femmes ne sont plus parmi nous mais quelques-uns se rencontrent encore pour partager leurs expériences.


La hutte du gonioÀ l'ouverture du nouveau centre en Novembre 1941, les nouveaux opérateurs s'installèrent à leur nouveau pupitre. Chacun se vit assigner une position sur une longue table, de chaque coté d'une grande chambre semblable à un couloir.  Chaque position était équipée d'un récepteur National HRO avec les tiroirs de syntonisation requis pour couvrir les différentes bandes de fréquences, une dactylo, des écouteurs Un HRO et un lien d'intercommunication avec la station de radio -goniométrie voisine. Celle là était équipée de trois récepteurs, HRO également, et d'un goniomètre du genre Bellini-Tosi. Quatre pylones verticaux, un à chaque coin de la bâtisse, reliés entre-eux, formait l'antenne du gonio. Peu en fait, mais cela était tout de même suffisant pour le travail à faire.

 

Ce travail était un défi. Il fallait 'simplement' détecter les signaux provenant des sous-marins, sur des fréquences inconnues et, sur réception, aviser les gars du gonio à la seconde près pour un relèvement possible. L'heure du jour nous faisait décider de la bande de fréquences à surveiller à cause des caprices des ondes courtes. En général, les fréquences les plus actives étaient dans les bandes de 5 à 7 mégacycles.

 

L'Allemagne opérait principalement 3 stations côtières, RXU, MMA et KYU, on y radiodiffusait des instructions aux sous-marins et probablement qu'on y faisait aussi l'écoute des messages provenant des nombreux navires.

 

Pour qu'on puisse détecter un signal provenant d'un sous-marin, il fallait d'abord qu'il fasse surface pour que le kiosque et les antennes soient hors de l'eau . Ensuite, en Code Morse, le message du Capitaine était transmis. Ces messages étaient très courts, ils consistaient usuellement de trois groupes de lettres par exemple AB CDEF CHIJ ..

 

C'était tout et, entre le A et le J, l'opérateur devait syntoniser correctement le signal et aviser le gars au gonio. Ce dernier devait essayer d'obtenir un relèvement du signal et le classer A, B ou C ( précis, faible ou douteux).

 

Les récepteurs du gonio Le relèvement, si obtenu, était immédiatement transmis à la Marine Royale Canadienne qui le re-transmettait à la Marine Royale à Londres. Ce travail ne prenait que quelques secondes. Le relèvement était porté sur une carte à la Marine Royale avec d'autres obtenus et le résultat final, dessiné en forme de chapeau à corne, montrait la zone d'où provenait le signal intercepté. Cette information de toute première importance permettait de changer les routes prévues pour les convois traversant l'Atlantique. Lorsque les convois eurent du succès à éviter les sous-marins, ces derniers utilisèrent une nouvelle tactique, celle de voyager en meutes de loup et cette nouvelle approche fut plus hasardeuses pour les navires seuls ou en convois.

 

Pendant les quelques cinq années passées à intercepter les communications de la flotte de sous-marins allemands , il y eut plusieurs changements dans la manière de trouver les émissions, les opérateurs partageant leurs trucs . Par exemple, il devint évident aux tout début que les opérateurs Allemands faisaient quelques manipulations de la clef avant d'envoyer un message, (possiblement pour s'assurer que la station côtière recoive bien). Cela nous donnait plus de temps pour le travail d'interception. L'opérateur allemand était aussi très consistant dans la façon de former ses caractères de code Morse, tant et si bien qu'une fois entendu par l'opérateur à la surveillance, il pouvait être identifié à sa deuxième venue en ondes. Il s'agissait du "poignet de code", une façon particulière de manipuler sa clef de code Morse, une caractéristique propre à chaque opérateur et qui peut permettre de l'identifier. Les émetteurs des sous-marins allemands produisaient, sans exception, une note très musicale, souvent chantante qui  permettait aussi d'identifier la station à sa deuxième ou troisième venue en ondes. Quelques signaux étaient très faibles alors que d'autres étaient tout le contraire, dont un, durant une veille de soirée en 1942, provenant d'un sous-marin qui, selon les relèvements, aurait fait surface non loin de la ville de Québec.

 

Dans les temps libres, il était déplaisant pour les opérateurs de se voir railler par le public qui demandait: " Pourquoi n'êtes-vous pas en uniforme ? " … alors que la conscription était la loi et qu'il y avait souvent des appels aux armes. De par sa nature secrète, c'était un des mauvais cotés de ce travail qui ne permettait pas d'afficher la vérité.

 

Un des postes de surveillance était réservé pour l'enregistrement des bulletins en provenance de Berlin annonçant les Canadiens devenus prisonniers de guerre. L'enregistrement sur des disques en aluminium de 18 pouces étaient immédiatement transmis au Ministère de la Défense. De la même façon après Pearl Harbor, les émetteurs de Tokyo passaient sous écoute pour connaître les noms des Canadiens fait prisonniers de guerre en territoire Asiatique. .

 

Quand le nouveau Centre vint en opérations en 1941, il n'y avait pas de transport public ce qui nous faisait prendre de longues marches depuis le dernier arrêt du tramway coin Carling et Holland, là où le tram faisait demi-tour à la fin de la ligne. À l'hiver, il était quelque fois difficile de se rendre au travail. On résolu le problème au moyen d'un autobus fourni par l'Armée au départ d'un endroit central. Au bout d'un certain temps, quelques opérateurs eurent des automobiles ou des bicyclettes ou prirent logement plus près. Dans ce temps là, le Chemin Merivale était une rue très secondaire, sans trottoir, avec seulement quelques maisons ici et là.

 

Un des moments les plus mémorables pour les opérateurs en devoir au Grand Soir fut lorsque l'invasion Alliée de l'Europe débuta. Auparavant, un téléphone rouge avait été installé sur le bureau du superviseur et relié directement au Premier Ministre Mackenzie King.

 

Les instructions étaient que toutes les fréquences de la BBC devaient devenir silencieuses et après un certain temps revenir en ondes avec un message important. On avait le temps de se ronger les ongles alors que s'égrainait les minutes. Lorsque la BBC revint en ondes, le présentateur annonça avec quelques détails que les Armées Alliées étaient à envahir l'Europe. Le Premier Ministre fut réveillé vers 2 heures du matin et il accusa réception en disant merci. La date, le 6 Juin 1941 fut appelé le Jour "J" et ce jour dans l'histoire fut le commencement de la fin de la guerre en Europe et dans l'Atlantique.

 

La victoire arriva finalement en même temps qu'un arrêt presque automatique de la recherche des émissions de sous-marins allemands. Une équipe plus restreinte fut gardée pour des opérations pendant la guerre avec le Japon. Quelques opérateurs furent transférés au Centre de surveillance de Pointe Grey près de Vancouver et l'apprentissage du code morse japonais, le Kana. D'autres acceptèrent des postes avec le Ministère des Transports sur la Route du Nord -Ouest, ou encore à des stations de radiophare d'alignement ou à d'autres bureaux. En comparaison avec les salaires d'aujourd'hui, le salaire mensuel de chaque opérateur semble petit, $120 avec un bonus spécial de $20 payé par la Marine.

 

En terminant cette histoire, on peut dire sans exagéré que les opérateurs étaient contents et heureux que la partie qu'ils avaient jouée pour gagner la Guerre de l'Atlantique, sans paraître des héros, resterait à jamais gravée dans leurs mémoires. Il est rumeur qu'un des principaux impliqués dans cette histoire se soit vu honoré de l'Ordre de l'Empire Britannique pour la mise en route et la conduite de cette mission.

 

1 Mars 2003

Traduction par Laval Desbiens

 

Related Links

---

 

Home Page

Page d'accueil

What's New ?

Quoi de neuf ?

Main Menu

Menu Principal

Roll Call

Appel nominal

Timeline

Chronologie

Topics

Sujets

Documents

Documents

Contact Us

Nous rejoindre